Portrait de collaborateur : Ulysse Ménard, rédacteur et illustrateur technique

You are currently viewing Portrait de collaborateur : Ulysse Ménard, rédacteur et illustrateur technique

Pour cette troisième édition du Portrait de collaborateur, découvrez le métier de notre rédacteur et illustrateur technique : Ulysse Ménard.

Diplômé en 2017, Ulysse rejoint dès 2018 l’équipe des rédacteurs techniques dans les bureaux de Nantes.


En quelques mots, explique-nous ton rôle au sein d’IGDoc :

Actuellement, je suis rédacteur technique au sein d’IGDoc. Arrivé en juillet 2018, je m’occupe essentiellement de la création de contenus (rédactionnels et illustrations) pour élaborer une documentation technique opérationnelle et optimisée, en fonction de mon mandataire, mais surtout de mon public lecteur cible.

Quel parcours scolaire et professionnel t’a mené jusqu’ici ?

Mon parcours scolaire et professionnel est un peu particulier. En effet, je n’ai réalisé aucune formation technique ou en rédaction technique spécifiquement. Après une Licence en Sciences Humaines, mention Psychologie, je me suis lancé dans différents Masters liés à l’Education Nationale, pour finalement obtenir un Master en Rédaction Professionnelle (Université Aix-Marseille) en 2017. Au cours de ce Master, j’ai rencontré la personne qui m’amènera vers la rédaction technique (que je remercie grandement au passage), un domaine que je ne connais alors que très peu. Cette personne m’offre la possibilité d’effectuer, fin 2017, un remplacement dans l’entreprise qui l’embauche. C’est à ce moment que je découvre l’univers de la documentation technique. Après cette expérience, je postule chez IGDoc en mai 2018 et je suis embauché sur Nantes en tant que rédacteur technique en CDI.

Qu’aimes-tu dans ton métier ?

Ce que je préfère dans le métier de rédacteur technique, c’est la découverte du monde industriel. De nature curieuse, j’aime explorer les domaines que je ne connais pas. C’est aussi cette curiosité qui m’aide à collecter les informations qui me sont nécessaires à l’élaboration de cette documentation technique. Je suis presque parti de zéro, mais aujourd’hui je suis fier d’avoir construit un bagage technique que je continue à développer au fur et à mesure de mes prestations.

Quels sont les domaines/secteurs où tu t’es spécialisé ?

Mes missions s’effectuent auprès de plusieurs clients dont les domaines d’application sont différents : industriel, transport, logiciel et même communication. Je n’ai pas vraiment de spécialité à proprement parler. Mon expertise se situe réellement au niveau de la construction du message écrit ou illustré. Pour le reste, je m’inspire des professionnels avec lesquels je suis amené à travailler. Ils me transmettent leurs propres expertises techniques ou juridiques nécessaires à la réalisation de mes missions.

Peux-tu nous décrire une de tes journées type ?

Il m’est assez difficile de décrire une journée type tant mes journées peuvent être différentes.

En ce moment, je suis en mission trois jours par semaine chez un client, quant aux deux jours restants, je les passe sur une autre mission dans nos bureaux à Nantes. Généralement la première phase de la journée est une phase de réappropriation des contenus déjà réalisés et puis une phase de planification et d’anticipation pour ceux à réaliser. Prendre de la distance chaque jour avec les contenus précédemment créés est une étape importante. Elle permet de se donner le recul nécessaire pour ne jamais perdre de vue son lectorat final.

Ensuite, en fonction de la base de données que je possède pour une mission, soit je vais collecter de nouvelles informations auprès de mes interlocuteurs, ou bien je travaille avec le matériel déjà à ma disposition pour créer différents contenus (structures, procédures, illustrations). Puis en fin de journée, je réalise une relecture de ce que j’ai pu produire en me mettant dans la peau d’un potentiel utilisateur de la documentation. Cette étape me permet de voir si je ne me suis pas perdu moi-même dans le vernis technique ou juridique qui peut parfois devenir trop épais. Enfin, il est important de bien terminer sa journée en se détachant de tout ce que l’on a rédigé ou dessiné, et ce, afin de bien laisser reposer ce contenu pour la journée du lendemain.

Bien sûr, il s’agit là de journées théoriques. La plupart du temps, nous sommes soumis à d’autres contraintes comme le temps de nos missions ou bien le développement des produits que nous documentons, qui peuvent évoluer en cours de rédaction. Mais l’adaptabilité et la flexibilité font aussi partie des qualités nécessaires pour la rédaction technique.

Quels sont les outils que tu utilises au quotidien ?

J’utilise principalement deux grandes catégories de logiciels : ceux pour l’illustration technique et ceux pour la rédaction technique.

Les premiers me permettent de mettre en image certaines procédure afin d’accompagner au mieux les utilisateurs finaux dans la lecture et la compréhension du contenu technique. On y retrouve des logiciels comme la suite Adobe (Photoshop, Illustrator et InDesign), ainsi que des logiciels de conception 3D (SolidWorks) ou de réalisation de visuels photo-réalistes (Keyshot).

Pour les seconds, il s’agit de ceux qui me permettent de construire la documentation et d’en rédiger le contenu écrit. On y retrouve des logiciels très classiques de bureautique comme ceux présents dans la suite Office (Word, PowerPoint), bien qu’ils ne soient pas les meilleurs outils pour une production documentaire en série. Pour ne citer qu’eux, j’ai aussi pu travailler avec Adobe FrameMaker, Calenco et Confluence, qui supportent beaucoup mieux le travail de rédaction structurée et modulaire.

Pour en savoir plus sur les outils utilisés par les rédacteurs techniques, lisez notre article 9 outils indispensables pour un rédacteur technique.

Quelles sont les principales compétences que tu mobilises au quotidien dans ton travail ?

Essentiellement, mes compétences rédactionnelles d’analyse et de réappropriation du genre procédural, acquises durant mon Master en Rédaction Professionnelle, ainsi que ma Certification en écriture de haut niveau. Mais aussi des savoir-faire sur la réalisation de vues 3D et de schémas appris en autodidacte.

Selon toi, quelle est la plus grande difficulté dans ton métier ?

Une des plus grandes difficultés reste la vision et la place du rédacteur technique dans une entreprise. En effet, bien trop souvent le rôle du rédacteur technique est peu compris dans le monde du travail alors qu’il est essentiel à de nombreux professionnels.

Cela est sans doute dû au fait que notre expertise du message écrit paraît banale, après tout, tout le monde sait écrire. Mais nos compétences vont bien au-delà de la simple création de contenus rédactionnels. Car ces contenus doivent s’articuler en amont autour de données techniques pour répondre en aval à un niveau d’attente, souvent sous-estimé ou surestimé, du lecteur final. Plus que de simplement rédiger un message technique, le rédacteur souhaite réellement transmettre ce message à la personne qui utilisera la documentation.

Ton mot de la fin ?

Tout d’abord, je voudrais remercier toutes les personnes qui ont guidé et qui continuent à guider mon voyage dans le domaine de la rédaction technique. Derrière cette formulation un peu bateau se cache une sincère reconnaissance envers tous les acteurs qui m’ont amené à l’épanouissement que je connais aujourd’hui, de mes professeurs et mes camarades de Master, à l’équipe IGDoc qui m’a accueilli.

Car le plus important pour le rédacteur technique ce ne sont finalement pas ses compétences professionnelles à proprement parler, mais surtout sa faculté à bien s’entourer.

Merci à toute ma grande famille en rédaction technique, il y aura toujours un peu de vous dans tout ce que je produis.


Si ce portrait de Fabrice Peyrard vous a plu, vous pouvez faire la connaissance des autres rédacteurs d’IGDoc ! Consultez le portrait de Fabrice Peyrard.

Laisser un commentaire